...

Chargement de page... Patience!



Trop long? Cliquez ici
 

LES MESSAGES: Liste | Nouveau
VOTRE COMPTE: Création | Identification
OPTIONS: FAQ | Rechercher | Annuaire
 
Les 4000 photos
Les 30 dernières
Envoyer des photos
 
Dialoguer
en direct
(après login)
Personne
 
Sujet:  economy
Nouveau message
Répondre
Retour à la liste
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
victor2
Invité





Créé le: 22 Mar 2008 15:47   
Sujet du message: economy


Bonjour, un article sur l economy cap verdienne,

merci de me dire si cela reflete la réalité actuelle !!!!


José Brito : « Une population éduquée exerce un contrôle sur le pouvoir politique »
08-03-2008
Le Cap-Vert vivait essentiellement de l’aide publique au développement et des envois des émigrés. Temps révolu. Désormais, c’est l’investissement direct étranger qui met tous les voyants au vert. José Brito, ministre de l’Economie, de la Croissance et de la Compétitivité, explique aux Afriques.

Par Chérif Elvalide Seye, Dakar





Jose Brito.

Le taux de croissance en 2006 a été de 10,9%. En 2007, 7% et en 2008, entre 8 et 10%.

Les Afriques : Comment se porte l’économie cap-verdienne ?
Jose Brito : Je considère que l’économie du Cap-Vert se porte bien. Les indicateurs macro-économiques sont au vert. Le taux de croissance en 2006 a été de 10,9%. En 2007, 7% et en 2008, entre 8 et 10%. L’inflation est bien contrôlée, autour de 2% par an. Le déficit budgétaire entre 3 et 4%, les réserves de change couvrent 4 mois d’importations. L’investissement privé direct étranger est en pleine explosion. L’année dernière, 1 milliard de dollars d’investissements. D’Italie, d’Espagne, du Portugal et dernièrement d’Angleterre et d’Irlande. L’investissement privé direct dépasse l’aide publique au développement et les envois des émigrés qui constituaient les piliers de notre croissance.

« Les ressources naturelles ne sont pas les plus déterminantes pour le développement d’un pays. »


LA : Quel est le moteur de la croissance ?
JB : Fondamentalement, le tourisme, puisque les investissements se sont faits dans le tourisme, mais il a tiré la construction qui a contribué à booster la croissance. L’atout structurel du Cap-Vert, c’est sa localisation, son climat. Les investisseurs ont vu, pas très loin de l’Europe, une destination identique aux Caraïbes. Les investisseurs, c’est comme une boule de neige. Il suffit que quelques-uns arrivent pour que les autres suivent. Notre tourisme n’est pas hôtelier. Il est résidentiel. Il est lié à la saturation dans les Canaries. Les premiers investisseurs sont d’ailleurs venus des Canaries.

« Souvent, en Afrique, il y a une grande faiblesse institutionnelle. On a un peu tendance à considérer que la démocratie c’est le vote. »

LA : D’autres pays ont des atouts similaires mais n’en ont pas tiré parti comme le Cap-Vert.
JB : L’exemple du Cap-Vert est la preuve que les ressources naturelles, si elles sont importantes, ne sont pas les plus déterminantes pour le développement. Je pense que les bonnes politiques sont les éléments essentiels : la stabilité politique, la stabilité macroéconomique. Un gouvernement qui gère en fonction de ses capacités, en tenant compte des indicateurs macro-économiques, qui persiste dans de bonnes politiques économiques, fait des résultats. Je pense particulièrement au développement de l’éducation. Dès l’indépendance, un effort particulier a été fait sur l’éducation de base. Aujourd’hui, on est à 100%. Même pour le pré-primaire, c’est-à-dire les 5 et 6 ans, on est presque à 100%, le secondaire, 70%. L’accent mis sur l’éducation a élevé le niveau culturel des populations, leur jugement. Une population assez éduquée est capable d’exercer un contrôle sur le pouvoir politique, pour l’obliger à des comportements qui respectent l’Etat de droit, à lutter contre la corruption, etc. Elle sait pouvoir changer de régime, faire l’alternance quand cela s’impose, et sans problèmes. On peut changer de gouvernement, de régime politique, mais les politiques continuent à être les mêmes, fondamentalement. Il y a un certain consensus sur le rôle du marché.
L’Etat de droit est aujourd’hui consolidé. Le pouvoir judiciaire indépendant. Il n’y a pas d’intervention politique sur le pouvoir judiciaire. Il est assez fréquent que l’Etat perde des procès sans que les juges ne soient inquiétés.
Souvent, en Afrique, il y a une grande faiblesse institutionnelle. On a un peu tendance à considérer que la démocratie c’est le vote, ou l’alternance simplement. Je pense que cela n’est pas suffisant. Il faut que les institutions fonctionnent, qu’elles puissent prendre des décisions qui soient indépendantes des pouvoirs politiques.
En créant cette confiance, on crée aussi les conditions pour que les investisseurs viennent. Le jour où il y aura cette stabilité institutionnelle, cette confiance aux institutions, les investisseurs étrangers afflueront en Afrique parce que la rentabilité des investissements est souvent supérieure à ce que l’on peut trouver ailleurs.

LA : Est-ce que la répartition des richesses au Cap-Vert ne provoque pas de tensions sociales entre les plus nantis et les plus défavorisés ?
JB : On note un gap entre ceux qui possèdent et ceux qui ne possèdent pas. C’est une réalité. Mais l’enrichissement des plus nantis ne se fait pas au détriment des plus faibles. Il y a des couches qui s’approprient plus rapidement des richesses nationales que d’autres. Mais cela ne se fait pas par une augmentation de la pauvreté. La pauvreté est relative. Notre définition de la pauvreté, c’est tous ceux qui vivent en dessous de 40% de la moyenne nationale. Et comme la moyenne nationale augmente, ceux-là augmentent. D’ailleurs, dans les enquêtes sur les ménages, le pourcentage des gens qui ont des télévisions, un frigo et le téléphone est relativement grand, mais ils se considèrent pauvres. 70% des personnes enquêtées se disent pauvres alors que les statistiques les établissent à 28%. On peut interpréter ce comportement comme un désir d’avoir toujours plus. Quand on construit une route avec du pavé, au moment de l’inauguration les populations se disent insatisfaites et exigent de l’asphalte.

LA : Vous avez évoqué la volatilité du tourisme. A plus long terme, sur quoi va reposer l’économie cap-verdienne ?
JB : Nous avons eu, à partir de 2001, toute une réflexion stratégique sur la base économique pour le développement du pays, qui a réuni toutes les couches du pays. Le consensus n’a été que sur le court terme, il fallait profiter du tourisme et de l’industrie de transformation, mais sur le long terme, le tourisme n’est pas quelque chose de soutenable. C’est une activité volatile. Aussi, avons-nous identifié d’autres secteurs pour développer le pays à partir de ses avantages comparatifs : sa localisation et la mer. Le tourisme nous amène à un développement de la fonction de transport. La mer, ce n’est pas que la pêche, mais aussi des services liés à la pêche.
Nous travaillons aussi pour le développement des services que l’on appelle offshore. Un travail systématique est fait pour développer ce secteur. Dans le domaine technologique, nous avons développé un gouvernement électronique. Nous avons pu intégrer les bases de données de toutes les administrations et les faire parler entre elles. Aujourd’hui, il est possible effectivement d’avoir une information assez fiable. Cela se ressent dans les services rendus par l’Etat au citoyen. Aujourd’hui par exemple, je peux avoir mon certificat de naissance via Internet. Le Portugal vient de reconnaitre ces certificats de naissance délivrés via Internet. Et tout cela a été fait par une équipe de nationaux.
D’autres choses sont en train d’être faites dans d’autres secteurs avec l’idée de réduire notre dépendance du tourisme.

Cap-Vert : l’archipel vertueux
« Le Cap-Vert (335 000 habitants) est un archipel très peuplé à 450 kilomètres de Dakar, mais qui ne parvient pas à nourrir sa population: il y a sensiblement autant de Cap-Verdiens dans les Iles du Cap-Vert qu'à l'étranger. Un tiers du revenu moyen par habitant (500 dollars environ en 1983) est ainsi fourni par les transferts de fonds des émigrés. En 1983, l'archipel du Cap-Vert a été de nouveau victime de la sécheresse, comme les autres pays de la zone sahélienne. Seule l'aide internationale permet à ce petit pays de survivre, en contribuant pour près de 50% à son produit intérieur brut et pour environ 80% à son approvisionnement alimentaire », peut-on lire dans L'Etat du monde en 1983. La réalité est, alors, pire que les statistiques. Praia, la capitale, est certes très propre, mais que de filles très jeunes, enceintes ou avec un bébé. Et puis que d’enfants, pieds nus, sur les brûlants pavés.
Vingt-cinq ans après, c’est un autre pays. Le PIB par habitant était de 1938 dollars en 2006 selon le FMI. Plus de nombreuses filles-mères, plus d’enfants pieds nus, plus de vieilles guimbardes poussives. Le pays a fini par avoir raison de l’adversité de la nature. Sa gestion vertueuse a fini par payer. Quand les autres pays sahéliens distribuaient l’aide alimentaire, le Cap-Vert pratiquait un système dit de capitalisation. L’aide était vendue et le produit réinvesti dans des projets de reboisement ou d'hydraulique rurale. L’archipel, dirigé par des marxistes, a également eu très tôt le souci du consensus national et de la perspective à long terme. Cela a débouché sur la première alternance pacifique en Afrique et une grande stabilité institutionnelle. La priorité absolue à l’éducation a fait le reste. L’archipel a montré le cap.
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Nouveau message
Répondre
Retour à la liste

© 2003-2021 Mindelo Infos :: Rédaction & réalisation: Mic Dax (Studio DurmiPtinzim) ::
Reproduction interdite :: Opinions sous la responsabilité de leurs auteurs